jeudi 24 septembre 2020

plumbago du cap

bonjour , a tout le monde le sujet de la plante qui nous intéresse ce soir elle est grimpante non rustique et d ' un bleu intense superbe
 
🌺 Plumbago du Cap 🌺
( PLUMBAGO AURICULATA )
 
  • origine : Afrique du Sud
  • plantation : au printemps
  • floraison : printemps & été
  • hauteur de : 6 m
  • ma couleur : bleu, bleu mauve, blanc
  • exposition : au soleil ☀️☀️
  • rusticité : NON rustique +1°C 🏠🏠
  • humidité du sol : sol frais et bien drainé 💦💦
  • type de sol : sol riche , humus , terreau , acide
  • utilisation : jardinière , treillage , pergola
  • p'tites bêtes et maladies : Les cochenilles, les aleurodes, les araignées rouges sont à craindre surtout si le plumbago est en serre.🐌🐌🐌
 
  • et tu ' savait ! : Il existe une quinzaine d'espèces au total
Ses fleurs aplaties à 5 pétales, à long tubes, réunies en grappes et compactes de 10 à 15 cm de diamètre sont d'un bleu soutenu à un bleu presque blanc suivant les variétés.
Cette plante aime le soleil : bien exposée, elle fleurira du printemps à l'automne
Le plumbago est populaire dans tous les jardins à travers le monde, en Inde, il était déjà cultivé au 18e siècle comme ornementale. C’est une plante facile à vivre, que ce soit en pot ou en pleine terre. De croissance rapide, elle fleurit généreusement toute la belle saison.

Sa culture est facile : le plumbago aime la chaleur et se développe rapidement avec d’importants arrosages durant la période de croissance. Peu difficile sur le type de terre à sa disposition, la dentelaire demande avant tout une terre riche, enrichie de compost chaque année, ou avec un apport d’engrais régulier pendant la croissance. Rien ne permet aux branches de s’accrocher, elles doivent être palissées manuellement avec des petites ligatures sur le support.

Le plumbago peut être cultivé en bac dans une véranda toute l’année, où installée au soleil à l’extérieur en été et rentrée à l’abri du gel en hiver. En hiver, les arrosages sont fortement diminués.

 
 
 

plumbago du cap7

plumbago du cap6

plumbago du cap5

plumbago du cap4

plumbago du cap3

 

 

 

le Potager des Fleurs !  le blog

Posté par Jean Mi Dm à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 20 septembre 2020

dossi ' blog ! l'ortie

bonjour , a vous tous , et merci de nous suivre pour ce premier sujet qui sera en fait un   dossi ' blog !
pour la première dossier en DUO Marina & Jean-Mi

 l ' Ortie  ( Urtica dioica ) 

Marina
Le purin d’ortie Le purin d'ortie est une préparation fort utile au potager ou au jardin d'ornement tant par ses qualités d'engrais naturel que d'antiparasite. Il mérite bien son nom à cause de l'odeur putride qu'il dégage, sa fabrication ne s'avère pas complexe du tout, et les résultats sont reputé. L'ortie est une plante qui s’avère utile au jardin plus particulièrement le purin d'ortie qui a deux usages essentiels. - Riche en azote, il et donc un engrais efficace, qui stimule la croissance des plantes et les renforce contre certaines maladies. Ensuite, il présente un caractère répulsif face aux pucerons et aux acariens. - Et c’est un bon activateur de compost. Le première de c’est utilité est surtout d'être un produit naturel, et comme il faut ce passer des produits de synthèse et chimique cela aide a revenir au méthode de nos anciens. Préparation du purin d'orties • Cueillez des grandes orties qui ne soient pas encore montées à graines, en vous munissant de gants épais et en portant des manches. (sinon bah vous connaisez la sentence des orties) • Hachez grossièrement le produit de cette récolte, et mettez-le dans un bac en plastique ou en bois mais pas en metal. Dosage Ajoutez 10L d'eau pour chaque kilo d'ortie fraîche (ou 100g d'orties sèches). Couvrez le bac et veillez à mélanger tous les 2 jours. Tant que de petites bulles apparaissent lorsque vous brassez, c'est que la fermentation n'est pas achevée. Celle-ci dure d'une à 2 semaines selon la température ambiante (plus rapide s'il fait chaud). Utilisations du purin d'orties Si vous répandez ce purin à l'arrosoir, une filtration grossière est suffisante. Du coup, à cause des résidus végétaux encore présents, la conservation n'est pas possible. Si vous souhaitez utiliser un pulvérisateur, ou désirez conserver votre production plusieurs semaines, alors une filtration fine est nécessaire. ( filtrer avec un linge par exemple). Attention, le produit obtenu est très concentré ! Si vous avez la main lourde, diluez-le à nouveau. Contre les pucerons, on conseille notamment une seconde dilution de 1 pour 10 (1l de préparation dans 10l d'eau).
jean-Mi

l ’ortie , une formidable mauvaise herbe !

L’ortie (Urtica dioica), du fait de ses poils urticants, est qualifiée de mauvaise herbe, alors qu’elle dispose non seulement de propriétés médicinales mais également de vertus dopantes pour les plantations du jardin sans oublier qu’elle se consomme également en cuisine.
Une herbe bénéfique à garder sous la main en prenant soin de la ramasser dans des secteurs non pollués ! Faites-là sécher (feuilles et racines) : elle perd alors ses propriétés urticantes.

La plante vivace urticante, base du purin d’ortie

Urtica dioica est une plante vivace aux tiges bien droites et aux feuilles opposées très dentées, qui pousse dans les terrains abandonnés, les décombres, le long des chemins, surtout si la terre est riche en azote. Dotée de rhizomes, l’ortie n’a aucun mal à rapidement coloniser des espaces. Son nom s’explique aisément puisqu’elle est dioïque, c'est-à-dire que les fleurs verdâtres en grappes situées à l’aisselle des feuilles sont mâles ou femelles selon les pieds.
Du haut du mètre qu’elle peut atteindre, l’ortie est entièrement couverte de poils qui forment des petits tubes de silices se brisant au moindre frottement, laissant s’immiscer sous la peau un liquide allergisant riche en histamine, entrainant cette sensation de brûlure bien connue de tous accompagnée de petites boursouflures rougeâtres.

Les vertus médicinales de l’ortie

Les feuilles d’orties se révèlent intéressantes comme anti-inflammatoire contre les douleurs rhumatismales, l’arthrite et l’inflammation des voies urinaires, et même en prévention de la formation de calculs rénaux puisque la plante est diurétique mais également tonique et détoxifiante.
Les rhizomes se montrent, en outre, efficaces dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate.
L’ortie a également des vertus astringentes utilisées contre les règles abondantes, les saignements de nez, la diarrhée.
En tant que dépurative, l’ortie vient au secours des dermatoses telles que l’eczéma, le psoriasis, les dartres et même l’acné des peaux grasses. Elle améliore la vigueur des cheveux mais aussi des ongles.
L’ortie se présente et s'utilise de différentes façons :
  • en infusion : 2 cuillères à soupe de feuilles d’ortie séchée / 150 ml (4 tasses maximum / jour) en laissant infuser 10 mn,
  • en décoction : 30 à 40 g de racines d’ortie / 1 litre (3 tasses maximum / jour) en faisant bouillir 5 mn et en laissant infuser 10 mn,
  • en gélules, extraits ou teinture-mère, selon les indications du pharmacien.

L’ortie dans la cuisine

Les nutritionnistes reconnaissent aux feuilles d’orties riches en protéines complètes, équilibrées en acides aminés, la même valeur nutritionnelle que la viande. Elles contiennent aussi beaucoup de vitamine C, de calcium, de fer, de provitamine A et de sels minéraux. A la différence des épinards, elle ne contient pas d’oxalates.
Pour la cuisiner, n'utilisez que des jeunes pousses d’orties, les plus tendres, à la saveur délicate : vous pourrez en faire une soupe, les mélanger à des épinards, en préparer un pesto ou les ajouter crues à un mesclun de salade.
Le reste de la plante pourra être mis à sécher sur un drap au soleil, de sorte que le processus aille vite. Ensuite, vous pourrez détacher les feuilles des tiges, muni d'une paire de gants bien sûr ! Et vous émietterez les feuilles qui pourront être conservées, pratiquement réduites en poudre, dans un bocal hermétique. Elles s'utilisent sur les pizzas, les crudités, dans la pâte à pain ou la vinaigrette afin de profiter de leur richesse nutritionelle.

Lamier (Lamium) ou ortie blanche

Le lamier (Lamium) est assez proche des orties avec lesquelles il partage les mêmes tiges carrées et les feuilles dentées identiques. Celles-ci sont un peu ridées, opposées, avec parfois des marques colorées, mais elles ne piquent pas.
Des épis de fleurs à deux lèvres apparaissent à l'aisselle des feuilles, en mai-juin, allant du blanc au pourpre en passant par le rose.Elles ont des vertus adoucissantes et astringentes.
Le lamier qui est rustique pousse naturellement dans les taillis dégagés, les bords de chemins et les bois humides, mais au jardin, il fait un joli couvre-sol surtout grâce à son feuillage.

Des orties au fond du trou de plantation : un geste inutile

Un jardinier internaute vous explique pourquoi : Lorsque les végétaux sont dégradés par les décomposeurs et les bactéries, ils libèrent de l’ammoniaque, un dérivé de l’azote. Les orties riches en azote, en libèrent de grandes quantités. Cet ammoniaque n’est pas la forme assimilable telle quelle par nos légumes, il faut qu’il soit dégradé en nitrites puis en nitrates. C’est sous le stade nitrate que les plantes assimilent préférentiellement l’azote (excepté quelques plantes associées à des bactéries comme les légumineuses).
Or, toutes ces transformations (décomposition du végétal et transformation de l’ammoniaque en nitrites, puis de nitrites en nitrates) ne se font que par des organismes aérobies (qui ont besoin d’oxygène). Ainsi, lorsqu’on enterre profondément les feuilles d’orties, elles se retrouvent dans un milieu privé d’oxygène et donc sans organismes aérobies.
La dégradation est alors très mauvaise et ne conduit pas à une libération de nitrates bénéfiques à nos tomates. Pire, les orties fermentent et peuvent même causer des dommages aux racines

l'ortie constitue une niche écologique importante pour de nombreux insectes qui y trouvent un lieu de ponte, mais aussi le gîte et le couvert. Elle est l'hôte de plusieurs espèces de papillons qui sans elle, ne fréquenteraient pas votre jardin ! Des études ont aussi prouvé que l'ortie attire les pucerons et leurs prédateurs que sont les coccinelles et les cantharides.

Si vous laissez un petit coin dédié aux orties non loin de vos cultures celles-ci seront moins attaquées par les insectes parasites. L'ortie est donc un très bon outil dans la lutte raisonnée contre les pucerons.

 

Orties et papillons une association vitale

 

papillons

 

 

L'ortie propose le gîte et le couvert à une trentaine d'espèces de papillons qui ne peuvent survivre sans sa présence. La préserver au jardin est donc la meilleure solution pour les attirer chez vous ! N'oubliez pas non plus que cette plante possède des vertus médicinales, alimentaires et phytosanitaires importantes. Mais revenons à nos papillons, qui pour certaines espèces, ne pondent que sur ou au revers des feuilles d'orties. Les chenilles s'y développent ensuite en se nourrissant des feuilles et les adultes trouvent même du nectar à l'intérieur des corolles.

De leur côté, les espèces d'orties dioïques sont pollinisées grâce aux papillons qui assurent ainsi la fécondation des fleurs femelles par les fleurs mâles qui ne sont pas présentes sur la même plante.

 

 

l'ortie blanche2

 

l'ortie blanche

 

l'ortie 4

 

l'ortie 2

 

l'ortie 1

 

le Potager des Fleurs !  le blog 

Posté par Jean Mi Dm à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,