vendredi 1 janvier 2021

bonne année 2021

logo bonne année blog

Posté par Jean Mi Dm à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 8 novembre 2020

un jardin en climat froid

 

Créer son jardin en climat froid, quelles plantes choisir ?

Les personnes ayant toujours vécu dans une région au climat rude en hiver savent que toutes les plantes ne peuvent pas y être cultivées et elles ne s'en étonnent plus, mais les nouveaux arrivants peuvent parfois se sentir désemparés pour y créer leur jardin, le végétaliser, l'arborer de façon à ce qu'il soit plaisant et envié par le voisinage, pourquoi pas ! Certes, vous ne planterez pas de citronnier mais cela n'empêche pas de pouvoir concevoir un jardin avec une grande variété de végétaux, notamment ceux adaptés aux climats froids.

jardin de climat froid

Qu'est-ce qu'un jardin de climat froid ?

Il existe différentes région biogeographique

OIP

en France. Les caractéristiques d'un jardin de climat froid sont, bien sûr, un hiver long avec des températures hivernales et nocturnes plus basses que la moyenne, un automne et un été plus courts et un printemps tardif.

Il peut s'agir d'un jardin exposé au nord, ou situé dans un fond de vallée ou encore en montagne, voire en altitude ce qui devient "extrême" pour jardiner sans serre.

En ce qui concerne les jardins d'altitude, plus on grimpe, plus la température baisse car l'air devient plus rare ce qui limite donc l'absorption par le sol des rayons infrarouges émis par le soleil ; plus l'air est sec en montant et plus la diminution des températures sera importante.

Une autre particularité du jardin de climat froid est d'être soumis à des chutes de neige : celle-ci offre une couche protectrice intéressante. Toutefois, il faut faire attention à ce que les plantes ne se déshydratent pas car lorsque l'eau gèle, les racines des plantes ne peuvent l'absorber. Par la suite, lors du dégel, mieux vaut avoir un sol bien drainé afin d'éviter que l'eau stagne et fasse pourrir les plantes.

Protéger les végétaux du froid

Même si vous choisissez des plantes rustiques, il vous faut recourir à quelques astuces pour limiter les dégâts. En ce qui concerne les plantes en pot, si vous ne disposez pas d'abri pour les stocker hors gel durant l'hiver, ne négligez pas la protection du pot, avec du plastique bulles par exemple, afin de placer les racines hors d'atteinte des gelées : on pense souvent en priorité aux parties aériennes, mais les racines sont primordiales pour une reprise si les rameaux ont pris un coup de froid !

Vos arbustes les plus sensibles au froid pourront être recouverts d'un voile d'hivernage qui laisse passer l'air et la lumière ; à privilégier par rapport au plastique bulles qui empêche la plante de respirer.

N'oubliez pas de vous servir des feuilles mortes que vous aurez très certainement ratissées : une épaisseur de 20cm permet de mieux conserver le sol sec car elles absorbent l'humidité, et l'air qu'elles gardent entre elles offre un bon isolant.

Quelles plantes choisir en jardin de climat froid ?

Au risque de se répéter, les plantes traditionnelles locales sont à privilégier dans les jardins de climat froid où c'est encore plus qu'ailleurs décisif car ces plantes ont un cycle physiologique adapté. Non seulement, elles répondront mieux aux conditions climatiques rigoureuses mais en plus, elles nécessiteront moins d'entretien et de protection hivernale.

fleurs de montagne

Cela vaut également pour les fruitiers qui devront fleurir plus tardivement pour éviter les gelées de fin de printemps, tout en produisant des fruits dans des délais relativement court afin de récolter avant les premières gelées.

Enfin, les plantes locales se fondront bien plus harmonieusement dans le paysage. En voici quelques unes :

Ces végétaux sont vraiment destinés aux jardins alpins. Pour trouver d'autres idées précisément adaptées à votre région, rien de mieux que d'observer ce qui a l'air de bien se plaire autour de vous et d'aller jeter un coup d'œil sur ce que proposent les pépiniéristes et horticulteurs locaux !

 

 

le Potager des Fleurs !  le Blog

Posté par Jean Mi Dm à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 24 octobre 2020

changement d ' heure

changement d heure

 

 

 

le Potager des Fleurs !   le Blog 

Posté par Jean Mi Dm à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 22 octobre 2020

changement d ' heure

changement d heure

 

 

le Potager des Fleurs !   le Blog 

Posté par Jean Mi Dm à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 18 octobre 2020

astuces & conseils

Décoction d'ail contre le mildiou, l'oïdium et les pucerons

Un petit truc que j'ai appris au cours de mon stage de maraîchage bio : la décoction d'ail. Choisissez de l'ail bio si vous vous voulez cultiver en bio. Avec le soufre qu'il contient, l'ail a ainsi un principe actif essentiel pour agir sur les maladies cryptogamiques du potager et du verger comme le mildiou ou l'oïdium, mais il a également des vertus insecticides notamment contre les pucerons.

Décoction d'ail contre le mildiou, l'oïdium et les pucerons

ail

La recette de la décoction d'ail

Il s'agit bien d'une décoction, et non d'un extrait fermenté dit purin, pour laquelle il vous faut :

  • 3 gousses d'ail
  • un litre d'eau

Mettez les gousses pilées dans l'eau et laissez macérer durant 24 h. Portez ensuite à ébullition et laisser bouillir doucement, avec un couvercle, durant 20 mn.

Laissez refroidir complètement. Filtrez et utilisez sans attendre car la préparation ne se garde que 24 h au frais :

  • contre les pucerons, pulvérisez pur
  • contre les maladies cryptogamiques, diluez à 20%

 

JARDINERavec

 

 

le Potager des Fleurs !  le blog 

Posté par Jean Mi Dm à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 30 septembre 2020

Oyas

Bonjour, a tous comment réaliser un arrosage économique 

Les oyas : pour un arrosage économe et régulier

La grosse tendance de cet été 2020 en matière d'arrosage se focalise sur les oyas : ces jolies poteries à enterrer ont tout pour plaire puisqu'elles sont dans une matière naturelle recyclable et qu'elles permettent d'arroser tout en douceur, sans gaspillage, avec régulation, de façon souterraine. Voyons tous les avantages de cette technique d'arrosage économe, ainsi que ses points négatifs qui ne permettent pas son utilisation dans toutes les circonstances.

oyas pour arroser

Origine des oyas

Les oyas sont des jarres d'irrigation munies d'un couvercle. La terminologie du mot vient de l'espagnol olla qui se prononce oya et désigne un "pot" mais on trouve diverses appellations selon les pays : cápsulas porosas au Portugal, buried clay pot dans les pays anglo-saxons, etc.

L'utilisation des oyas pour arroser les petits jardins arides dans des zones où l'eau est une denrée rare relève d'une technique ancestrale qui remonte à deux millénaires au moins sans qu'on sache précisément déterminer l'origine géographique qui oscille entre la Chine, l'Afrique du Nord ou même l'Empire romain.

L'agriculture intensive en Occident qui s'est développée après la seconde guerre mondiale a donné également la tonalité des techniques de jardinage à savoir une utilisation systématique des produits phytosanitaires et un recours généreux aux arrosages aériens sans aucune préoccupation de la consommation d'eau.

Dans les années 1970, la permaculture s'est intéressée à ce système d'arrosage qui est en adéquation avec ses principes : une démarche responsable et équitable dans l'utilisation raisonnable des ressources de la nature, et respectueuse de l'Être humain.

Plus récemment, depuis quelques années, du fait de l'intérêt grandissant pour la permaculture sans doute, il n'existe plus un article, plus un propos ou une présentation des différents systèmes d'arrosage sans qu'il soit question des oyas.

Le principe de fonctionnement des oyas

Les jarres en terre cuite (argile), remplies d'eau et enterrées jusqu'au col, sont obligatoirement poreuses de façon que la terre qui les entoure puisse absorber l'humidité qui suinte de la poterie au fur et à mesure qu'elle s'assèche, par capillarité. Les racines bénéficient donc d'un arrosage microporeux sans gaspillage d'eau puisqu'aucune évaporation ne se produit en sous-sol.

Les oyas sont de différentes tailles allant de moins d'un litre pour les plantes d'intérieur à 10 litres pour une utilisation au potager. Il existe des volumes plus grands cependant ils deviennent alors difficiles à manipuler.

oya enterré

Avantages des oyas pour arroser le jardin

Les avantages des oyas sont indéniables en termes de préservation de la ressource en eau dont la consommation diminue au potager entre un arrosage classique goutte-à-goutte ou microporeux et un arrosage souterrain par oyas : le gain est de 30 à 40 %.

Normalement, moins d'adventices se développent puisque les graines en surface ne reçoivent pas d'arrosage et ne peuvent se développer par manque d'humidité. Moins de maladies cryptogamiques se développent puisque l'humidité est limitée et surtout, elle ne se trouve pas en surface ni sur les parties aériennes des plantes.

L'installation d'oyas ne dispense pas de pailler pour limiter l'évaporation et conserver l'humidité du sol exposé aux rayons brûlants du soleil.

Les corvées d'arrosages sont moins fréquentes puisqu'en général, un remplissage hebdomadaire suffit bien que cela dépende de la nature du sol, de la météo et des besoins des plantes plus ou moins gourmandes en eau.

Généralement les oyas enterrés résistent au gel à condition de les recouvrir d'un épais paillis par précaution et de ne surtout pas les laisser en terre avec de l'eau à l'intérieur.

L'arrosage par des oyats réussit particulièrement bien pour tous les légumes d'été qui sont écrasés de soleil et demandeurs d'eau au plus chaud de la saison estivale (tomates, aubergines, courgettes, poivrons, haricots, etc.), mais il n'est pas adapté aux légumes racines (carotte, navet, betterave, poireaux, oignons, etc.) qui ne sont pas forcément des légumes d'été.

Inconvénients des oyas comme technique d'arrosage

Les oyas en terre cuite ou céramique microporeuse sont souvent très beaux mais leur coût (10 à 35 € selon la contenance) est à la hauteur de cette esthétique, sans compter qu'ils sont fragiles et qu'ils peuvent se casser en cas de chute ou de choc.

Si vous avez un grand jardin, il faut prévoir de nombreux oyas ce qui les rend davantage destinés à des carrés potagers par exemple où un oya au centre irriguera environ 1m de diamètre, donc l'intégralité.

Si vous voulez faire un essai, commencez par tester l'oya dans vos pots de plantes d'intérieur avant de partir en vacances : ils sont jolis, enforme de poire colorée !

Sujet de binette et jardin. 

Posté par Jean Mi Dm à 11:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 21 septembre 2020

astuces & conseils

La coccinelle, un insecte des plus utiles au jardin

Les jardiniers souhaitant éviter l’utilisation de pesticides pour lutter contre les pucerons et autres nuisibles ont à disposition des solutions naturelles non nocives, à savoir les auxiliaires de jardin. La coccinelle se trouve en tête de liste des insectes capables d’éradiquer efficacement les parasites.

cocci

coccinelle mangeuse de pucerons

Les dégâts des pucerons dans votre jardin

Les jardins sont généralement des nids à parasites. Au rang des nuisibles les plus redoutés par les jardiniers figurent les pucerons. Appartenant à la famille des aphididés, ces petites bêtes se déclinent en plus de 4000 espèces. Elles sont généralement de couleur bleu, vert, noire, brun ou rouge et font entre 1 et 4 mm de long. Les pucerons sont dotés d’une sorte de pièce buccale qui leur sert à aspirer la sève des plantes. Ils sont aussi à l’origine de la production de miellat, une substance favorisant l’apparition d’un champignon, et surtout attirant les fourmis qui colonisent donc les mêmes plantes que les pucerons. Du point de vue esthétique, ces nuisibles entraînent également la déformation des feuilles.

Par le passé, la seule solution efficace et radicale privilégiée par les jardiniers pour venir à bout de ces parasites consistait à utiliser des pesticides. Toutefois, depuis que les jardiniers ont pris conscience de la pollution que ces produits chimiques entrainaient durablement sur notre environnement, les vieilles recettes et combines du jardinage d'autrefois refont surface et privilégient les méthodes de lutte naturelles.

L’efficacité des coccinelles pour lutter contre les pucerons

Désormais, bon nombre de jardiniers optent pour l’utilisation d’auxiliaires de jardins à l’instar des coccinelles. Dans la lutte biologique, ces insectes sont beaucoup plus efficaces que les solutions chimiques inventées par l’homme. D’ailleurs, les pucerons deviennent aujourd’hui de plus en plus coriaces, au point qu’ils parviennent à résister aux pesticides. En ayant recours aux coccinelles, les jardiniers sont certains de garantir la santé et la croissance de leurs plantes.

L’avantage est qu’elles sont particulièrement voraces. Une coccinelle peut consommer quotidiennement jusqu’à 100 pucerons. Les larves (ci-dessous) sont encore plus insatiables. Elles peuvent manger jusqu’à 150 pucerons lorsqu’elles atteignent le quatrième stade de leur développement. Autant dire que les pucerons n’ont aucune chance. D’autres avantages peuvent être attribués aux coccinelles.

Larve de coccinelle

Par exemple, celles-ci ne véhiculent aucune maladie et ne piquent pas. De plus, leur régulation s’effectue en fonction du nombre de pucerons dans le jardin. Quand ils sont nombreux, la population de coccinelles augmente automatiquement.

Comment attirer les coccinelles dans votre jardin ?

Pour attirer les coccinelles dans le jardin, la technique consiste à supprimer l’utilisation des pesticides. Ensuite, il est conseillé de privilégier une flore riche et naturelle dans le jardin.

La fève et la capucine font partie de leurs plantes préférées. En les cultivant dans votre enclos, vous êtes certain d’attirer les jolis insectes rouges à pois noirs. Il est également recommandé de planter certaines espèces de fleurs comme l’absinthe, la bourrache, la centaurée ou l’anthémis ; les coccinelles en raffolent. Si toutefois vous souhaitez gagner du temps, il est possible d'acheter des larves de coccinelles (photo) ou des coccinelles adultes, soit sur internet, soit dans les magasins de jardinage.

Les différentes coccinelles

Les lâchers de larves de coccinelles qui se sont faits dans les années 1990 étaient celles de coccinelles asiatiques (Harmonia axyridis). Or, elles constituent une véritable menace pour les espèces locales qui n'ont plus assez de nourriture et dont elles dévorent les larves. En outre, elles se reproduisent à vitesse grand V ce qui les classe parmi les espèces invasives écologiquement redoutables. On les reconnait à leur taille plus importante (jusqu'à 1 cm de long) et à leur couleur variable comportant souvent beaucoup de points (photo ci-dessous).

coccinelles asiatiques (Harmonia axyridis)

Les espèces indigènes sont soit Adalia bipunctata, dite "à deux points", soit Coccinella septempunctata, "à 7 points". Il existe aussi une coccinelle jaune à points noirs, Propylea quatuordecimpunctata, "à 14 points" ou coccinelle à damier.

 

 

le Potager des Fleurs !   le Blog 

Posté par Jean Mi Dm à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,